L’éco-anxiété : symptôme des collapsologues

Définition : L’éco-anxiété ou le trouble mental causé par la peur du changement climatique. Le sentiment de bouleversement et de désespoir face au dérèglement climatique porte désormais un nom, l’éco-anxiété. Il commence à être étudié par les spécialistes des troubles mentaux.

TROUBLE MENTAL TOI MÊME !

  • « Ahah les collaposologues ils sont marrants ceux là
  • Mais attendez, vous pensez vraiment que les prochaines décennies vont bien se passer avec tout ce que l’on sait ?
  • Oh ils trouveront bien des trucs moins polluants ! « 

Tu veux être lequel « le trouble d’esprit » ou « le simple d’esprit » ? Remarque heureux les simples d’esprits hein.

Quelque chose de grave est en train de se passer, des gens meurent et vont mourir. Alors ouai trouble mental si tu veux mais surtout EMPATHIE et REALISME. On ne sait même plus les projets que l’ont peut se permettre de faire, ou bien on les fait quand même, par habitude, mais sans grand espoir. Puis on est inquiet, on se demande si c’est bien de faire des enfants, si nous n’allons pas les jeter dans la gueule du loup. On est inquiet, tellement inquiet que c’est encore plus inquiétant de voir son entourage serein. Mais alors est ce que nous nous inquiétons pour rien ? Un tour rapide sur la toile permet rapidement de se rendre compte que non. La terre va mal très mal. « C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien.
Mais l’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. »
Hubert Koundé, La Haine (1995), écrit par Mathieu Kassovitz.

Et nous à quel étage sommes nous ?

L’éco-anxiété est un phénomène de plus en plus partagé, en effet, selon une étude IFOP de 2018, 85% des Français sont inquiets du réchauffement climatique. A commencer par les jeunes, avec 93% d’inquiets chez les 18-24 ans.

C’est certainement l’inconnu qui fait peur, et la sensation de n’être absolument par armé pour affronter d’éventuels problèmes. A chaque problème une éventuelle solution mais qu’on aura surement pas les moyens de mettre en place aussi vite qu’il le faudra.

Plus de nourriture ? Faut savoir jardinier, et je parle pas de la menthe que tu as réussi à faire pousser sur ton balcon hein. Même si ouai tu peux être fière de toi

Une guerre civile ? A part un couteau à beurre et avoir regardé plusieurs fois Buffy contre les vampires, tes techniques de combats restent limitées.

Plus d’électricité ? Whaaaaat, tu fais comment pour apprendre à jardiner si internet te dis pas comment faire ?

C’est impuissance, le moment où l’on réalise que même si notre capacité à improviser peut s’avérer exceptionnelle en cas de stress, il n’empêche que ça va être très compliqué et qu’on risque vite de se sentir diminués, si ce n’est déjà le cas. On a le droit d’être catastrophiste, ressentir un stress permet de se préparer aux événements. Regarde c’est comme la rumeur elle se propage souvent pour se préparer à l’arrivée éventuelle d’un gros problème. Une rumeur de vague de licenciement dans une usine par exemple, un stress en amont te permettra de mieux encaisser le choc et d’avoir commencé à anticiper, surtout qu’en général ce genre de rumeurs sont vraies… Et bah là c’est pareil l’éco-anxiété permet aux personnes de se préparer tant bien que mal à l’inévitable, ça ne doit juste pas nous empêcher d’être heureux quand même, ce n’est pas incompatible 😉 Regarde Buffy elle a bien affronté plusieurs fin du monde, et Alex peu armé y allait quand même 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.